samedi 8 novembre 2008

El auditorio nacional de Musicà

Ce soir, je suis allée voir un concert dans cet auditorio(c'est pas comme si j'étais charrette!!!), grâce au groupe d'accueil des erasmus de l'ETSAM qui avait 30 places gratuites, les premiers renvoyant le mails, les premiers inscrits. Le concert débutait à 22h30 donc rendez-vous à la sortie de la bouche de métro à 22h. Les allemandes, polonaises et autrichiennes étaient déjà là quand je suis arrivée, un peu stressées par le fait qu'il n'y aie aucun espagnol...la ponctualité des "nordiques" et le mode de vie espagnol sont en effet peu compatible.Nous finissons par entrer enfin. Le seuil ne parait pas grandiose mais le vestibule en impose! Nous nous dirigeons vers notre porte, au premier étage au fond et là, le choc.On entre dans la salle indescriptible, il faut le voir pour le croire. Moi qui n'est jamais été dans d'autres salles que l'opéra de Lyon et la MC2 de Grenoble qui, je le pensais étaient de grandes et belles salles, je suis servie. Je tente une explication avec les photos que j'ai faite. Donc, la scène se trouve au milieu de la salle pour ainsi dire. Il y a des tribunes de tout les cotés. Il y a une orientation principale. Les gens se trouvant du coté orgue se sentant comme faisant partie du spectacle, de l'orchestre en l'occurrence. Et il se trouve que nous étions placés exactement derrière l'orchestres, 2 sièges me séparaient des percussions(juste derrière les deux madames à gauche).Assis à cet endroit, t'as l'impression que toute la salle te regarde, en plus t'es dans la lumière puisque très près de la scène.Toute la salle est conçue sans aucun angles droits pour obtenir la meilleure qualité de son possible. Le plafond est tout en courbes, en bois pour les mêmes raisons. Vraiment magnifique. Et derrière nous trône un orgue immence.Un peu d'archi quand même: cet auditorium est l'oeuvre de Garcia de Paredes(mort en 90) et fut inauguré en 1988. Cette salle a une capacité de 2 324 places, et l'autre 692. Le concert, parce que c'est pour ça que j'étais là à l'origine. Il s'agissait d'un hommage au professeur Severo Ochoa, le 20ème anniversaire de l'entente ou du jumelage Madrid-Berlin. Ce concert bénéficiait à la fondation Ochoa et était organisé par la Politecnica(dont l'école d'archi fait partie).

Première partie: El amor brujo de Manuel de Falla(1925).
C'était magnifique, je sais pas si on peut nommer ce type de musique flamenco mais on y entendait toutes les influences orientales, arabe, ces rythmes et mélodies propres à ce style de musique. La soliste avait une voix magnifique, mais pas "d'opéra". Une voix de flamenco, on ressentait toutes les émotions sans la voir(elle était dos à nous). Vraiment génial. Et elle portait une robe magnifiquz aussi.



El amor de los dos ositos(1939) de Lorenzo Palomo

J'étais moins transcendé. Les deux solistes étaient géniales mais elles avaient la voix d'opéra et la musique paraissait beaucoup plus conventionnelle après la première oeuvre mais c'était bien quand même.






Deuxième partie:
La 7ème en La majeur de Beethoven.
Alors ça, ça déchirait bien sûr. C'était vraiment un maestro ce brave homme!!! J'ai vraiment beaucoup aimé le fait qu'on soit derrière l'orchestre(au passage, 45 musiciens environs. à ma droites les violons, devant les percus et 2 cors et 2 trompêtes d'harmonies qui nous en mettait pleins les oreilles, j'ai adoré. Devant eux, haubois, flutes traversières puis à gauches les altos, violoncelles, contrebasses et pianos.). Le must c'était de voir toute les expressions, la gestuelle du chef d'orchestre. C'est vraiment magnifique à voir, mieux que les musiciens de face je trouve. C'est tellement expressif et personnel comme langage.
Et à la fin, des applaudissements qui n'en finissaient pas, impressionnant!
Au final, j'y retournerai bien toutes les semaines si c'est pour voir ce genre de concert!!!
Pour voir toute la salle, c'est trop bien, allez voir.

Au passage, la façade est vraiment monstrueuse...enfin, à vous de juger!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire